mardi 6 mai 2014

Interview de Robert Pattinson dans " Première "



PREMIERE : Nous vous avons laissé il y a deux ans à l'arrière d' une limousine dans Cosmopolis et nous vous trouvons au volant d' une autre  dans le nouveau film de David Cronenberg "Maps to the stars " At-il fait exprès?
ROBERT PATTINSON : nous sommes peut-être en train  de réaliser une trilogie autour des limousines ... Je ne sais pas si c'était une décision consciente ou non de sa part.

PREMIERE : L'aspect récurrent est que, dans chaque film, vous couchez  avec une actrice accomplie ...
ROBERT : Cette scène avec Julianne Moore était si drôle. Et nous venions  tout juste de nous rencontrer avant de tourner cette scène.



PREMIERE : C'est aussi le cas avec Juliette Binoche lorsque vous avez filmé la scène de sexe dans Cosmopolis. Est-ce votre nouvelle façon d'accueillir les actrices sur le plateau?
ROBERT : Je me souviens avoir vu Julianne avant le début du tournage de la scène. Elle me donnait des conseils: ". Gardez le choix des projets chic et le tournage des films intelligents" Et tout à coup, David dit "Action!" Et nous commençons à baiser comme des bêtes dans la voiture. Très chic, c'est vrai ... (Rire). En plus de cela, il faisait trés chaud. Je transpirais à grosse gouttes et de la sueur coulaient sur ​​mon front. Je me suis demandé si je ne faisais pas eu une crise cardiaque. Chaque fois qu'une goutte tombait, j'éssayais de l'empêcher de se retrouver sur le dos de Julianne. C'était ridicule. Au bout d' un moment, elle s' est retourner vers moi, inquiete et m'a demandé: «Est ce que ça va ? Est-ce que vous faites une crise de panique? "J'étais à bout de souffle, complètement trempés, quant à elle, pas du tout.

PREMIERE : Vous ne semblez pas être le type d'acteur qui ne fait que la moitié du travail.
ROBERT : Exactement. C'est ma propre sueur que vous voyez sur l'écran. Dans "The Rover", mon problème était les mouches. Je n'avais jamais rien vu de tel. Nous étions constamment couverts de faux sang et une fois que nous sommes sortis, cinquante mouches ont commencé à nous entourer. Toute la journée, ça ne s' arrété pas.

PREMIERE : Le côté glamour de l'outback australien.
ROBERT : Nous avons vraiment tourné le film au milieu de nulle part. La plupart des gens que vous voyez dans le film ont été recrutés  le même jour, comme ce petit gars qui vend un pistolet à Guy Pearce et marche et grogne: "Fuck, fuck, fuck" Il était vraiment comme ça. Il y avait aussi ce type avec un visage incroyable que nous voyons dans la boutique. Ils l'ont trouvé alors qu'ils faisaient des repérages. Ils sont  entré dans la maison pensant qu'elle était déserte et se sont trouvaient face à face avec ce gars et sa femme, qui était nu - Ils ont découvert plus tard qu'elle était naturiste.



PREMIERE : Ce film a marqué clairement un tournant dans votre carrière.
ROBERT : Lorsque vous êtes dans un blockbuster, vous contribuez à un ensemble sans trop savoir comment. Avec les petits films que je fais maintenant - et c'est probablement à cause de leurs côtés ambitieux - je sens que je crée quelque chose. Il est beaucoup plus palpable. Avec David Michôd j' ai put essayer beaucoup de choses différentes dans "The Rover", comme avoir des dents pourries ou raser l'arrière de ma tête parce que je pensais que ça rendait le personnage plus vulnérable d'avoir la nuque exposé de cette façon.

PREMIERE : " The Rover" semble être une nouvelle étape dans votre carrière. Comment vous vous sentez?
ROBERT : La première fois que j'ai eu le sentiment de voir un adulte en me regardant à l'écran c'est lorsque j'ai découvert la pub Dior que j'ai tourné l'année dernière sous la réalisation de Romain Gavras. "The Rover" a confirmé ce sentiment, qui a continué sur " Life", le film que je viens de tourner avec Corbijn. Je pense que j'ai plus confiance en moi et ces sélections cannoises aident beaucoup. A force de me faire descende pendant des années à cause de Twilight, mon ego était un peu meurtri.



PREMIERE : Voyez-vous ce festival comme un honneur?
ROBERT : Vous n'en avez  aucune idée ... C'est une reconnaissance énorme. Depuis longtemps, je voulais ces rôles sans vraiment savoir si je pouvais les jouer. Aujourd'hui, je me sens prêt à prendre des risques et d'assumer ces choix.

PREMIERE : Où est venue l'idée de vous faire ressembler à un jeune Belmondo?
ROBERT : De Dior, mais le concept original était beaucoup plus sophistiqué. Nous avons vraiment changé les choses en cours de route. La façon dont Romain travaille avec son directeur de la photographie donne ce résultat très animée. Vous devez savoir que nous n'avions pas vraiment le droit de tourner la partie où je suis au volant sur ​​la plage. Romain a fait ça à 7 heures du matin, et il n'arrêtait pas de crier: «Dépêchez-vous, nous perdons la lumière!" Qu'elle lumière? Il est sept heures! Le sable était humide, la voiture s'y enfoncé  . Donc, j'ai dut conduire à 100 km / h, avec deux modèles dans le dos tandis que Romain hurlait: «Nous perdons la lumière! Nous perdons la lumière!
"Je n'ai jamais pensé que je me trouverais un jour dans ce type de publicité mais je dois admettre que ce fut une expérience très positive. Dior nous a donné une quantité énorme de liberté. 



PREMIERE : Lors de notre dernière entrevue, vous nous avez dit que l'un de vos rêves était de travailler avec James Gray,et c' est ce  qui va  bientôt se passer  (Pattinson va bientôt apparaître aux côtés de Benedict Cumberbatch dans "The Lost City of  Z")
ROBERT : Ils ont déplacés le tournage une nouvelle fois et ce sera pour janvier,  et je suis un peu fatigué d'attendre. Il aura lieu en Colombie, ça va être fou. En attendant, je pourrais filmer quelque chose avec Harmony Korine, avec qui je rêve de travailler depuis que j' ai 17 ans.

PREMIERE : Vous venez d'ajouter Werner Herzog à votre CV! ("Reine du désert", avec Naomi Watts ...!)
ROBERT : Je ne m'attendais pas à ça du tout. C'est un très petit rôle mais j'ai adoré travailler avec lui. Quelque soit le sujet, il aura toujours une histoire improbable ou une anecdote à raconter. Nous filmions lorsque le procès d'Amanda Knox (Un Américain accusé d'avoir tué un de ses camarades de chambre en Italie) a été réouvert et Herzog nous a dit très sérieusement: «J'ai vu des documents que le public n'a jamais vu et je peux vous garantir qu'elle est coupable. "(rire). Évidemment, je ne le crois pas du tout.



PREMIERE : Nous voyons souvent des  acteurs accepter des blockbusters entre des films indépendants, en expliquant que c' est nécessaire afin de pouvoir mieux s' investir dans des projets "artistiques". Dans votre cas, c'est comme si vous aviez décidé d'abandonner les grands films de studio ...
ROBERT : Oui, parce que je ne crois pas à cette idée que vous devez alterner entre les deux. Le public ne se soucie pas si vous faites un "grand" film ou un film «petit». Les gens veulent juste te voir dans un bon film. Parfois, certains acteurs se déplacent d'un grand film à l'autre, jusqu'au jour où tout s'arrête . Et à ce moment, ils finissent impuissants: "Je ne comprends pas, j'ai joué le jeu». Sauf qu'il n'y a pas de règles. Tout peut s'écrouler à tout moment. L'avantage si cela se produit pour moi, c'est que je peux toujours me faire quelques centaines de dollars en allant  signer des autographes à des conventions de Twilight. (Rire)

PREMIERE : Combien de temps pensez-vous, qu'il faudra à Hollywood pour refaire la saga?
ROBERT : Je n'en ai aucune idée. Je pense que l'ère des vampires est terminé, pas vous? C'est drôle, il ya quelques jours, je me souvenais de tournage d'une scène de Twilight avec quelqu'un. Je pense que c'est la première scène du dernier film, quand Bella se réveille et voit Edward, un peu comme une apparition. Nous avions tourné pendant un mois au Canada dans le froid glacial, j'étais si près de la déprime, que la seule chose que j'ai trouvé pour me sentir mieux c' était d'aller prendre mon petit déjeuner chez McDonald chaque matin. Après quatre semaines de ce régime, le moment est venu de filmer cette scène et je portais une chemise blanche avec de la lumière venant de derrière moi. Quand j'ai vu la scène juste après, j'ai réalisé que vous pouviez voir le contour de mes poignées d'amour fraîchement acquis. J'ai récemment vu le film à la télévision et ils sont toujours là aujourd'hui.



PREMIERE : Après toutes ces années, je suis surpris de voir qu'il y a encore des anecdotes à raconter à propos de Twilight ...
ROBERT : Quand je pense que le premier film est sorti il y a six ans et que j'ai eu le rôle en 2007, ça me semble dingue. La majeure partie de mes vingt ans aura été porté sur ce sujet. Lorsque le second film est sorti, j'ai compris qu'il me faudrait au moins dix ans afin d' être moi-même à nouveau et de passer à autre chose.

PREMIERE : Les deux films que vous allez présenter à Cannes prouvent que vous aurez besoin de moins de dix ans pour y parvenir ...
 ROBERT : Je suis vraiment excité à l'idée de retourner à la fête. J'aimerais si tous mes films pouvaient être sélectionnés. Pour l'instant, les trois derniers films que j'ai tourné depuis la fin de Twilight l'ont été. Je vais faire tout mon possible pour maintenir cet objectif.

Source: http://mapstothestarsfilm.com
Source photos :http://www.rpattzrobertpattinson.com/

LinkWithin

L'autre monde